Un médecin    Un service    Sur le site

Patients|Public
Professionnels|Presse
Enseignement|Recherche
Centre hospitalier universitaire
SOINS - ENSEIGNEMENT - RECHERCHEde Nîmes
Patients|Public
Professionnels|Presse
Enseignement|Recherche
ACCÈS | CONTACT
FAIRE UN DON
L'INSTITUTION
TRAVAILLER AU CHU
UN SERVICE ?
UN MÉDECIN ?
RECHERCHER

Carré mots

Mardi 6 novembre a eu lieu le vernissage de l’exposition « Carré mots », composée des photos de l’artiste (et aide-soignante) Patricia Martinez aka Oz, ainsi que des textes écrits par les patients du service de Pédiatrie du CHUN, ateliers encadrés par Lionel Mentre aka Ryo, artiste rap/slam (et aussi aide-soignant).

En collaboration avec le service Pédiatrie du CHUN et l’association Da Storm, ces ateliers d’écritures rap et slam, financés en partie par la Direction régionale des Affaires culturelles (DRAC) et l’Agence régionale de santé (ARS) Occitanie, étaient proposés aux enfants hospitalisés et à leurs familles. Encadrées par Lionel Mentre aka Ryo, aide-soignant dans le service de Médecine gériatrique, ces sessions de poésie permettaient aux jeunes patients de s’extraire de la réalité hospitalière. À l’issue de ces séances de production littéraire, auxquelles se sont adonnés les enfants du CHUN, mettant sur papier leurs maux, leurs questionnements, leurs espoirs, Patricia Martinez aka Oz, aide-soignante dans le service d’Urologie, a shooté avec grâce ces instants de vie. Les ateliers d’écriture prenant fin, « Carré mots », grâce à cette exposition sur papier glacé, continue son chemin dans le hall de Carémeau.

Un devoir de transmission

Mû par une volonté assumée d’affirmer un projet de cohésion sociale via la culture qui rapproche tous types de personnes, le CHUN se veut porteur d’un message d’éclectisme par ses choix esthétiques. Avec une politique de mise en avant de la culture par le biais d’artistes aux styles d’expression divers et variés (écriture, photographie, etc.), la collaboration entre le CHUN et l’association Da Storm fait florès. « Ce travail collaboratif fait partie de la culture, mais aussi du soin, de l’accompagnement des enfants dans nos unités » soulignait Éric Dupeyron, directeur général adjoint et directeur général par intérim, lors de son discours.

Le Pr Éric Viel, représentant la Commission médicale d’établissement (CME), a, pour sa part, salué les différentes formes d’expression proposées lors de cette exposition. Transmission toujours, il a notamment fait le parallèle, non sans humour, entre la nouvelle génération d’artistes (Abd al Malik, Grand Corps Malade) et la sienne : « On faisait du hip hop avant vous, on écoutait Léo Ferré avec un bonheur extraordinaire. Je crois que c’était le premier slammeur » a-t-il conclué.

Le Pr Tu-Anh Tran, chef du service de Pédiatrie, a remercié l’assistance en prononçant son premier slam en public. Extraits : « Je ne sais pas quoi dire / Je ne sais s’il faut pleurer ou rire / Devant tant d’expressions d’enfants / Devant tant de larmes des parents / Et le cœur ouvert des soignants / C’est du slam que je découvre / Ces mots que les enfants retrouvent / Le moyen pour le dire / D’exprimer le meilleur, comme le pire ».

Mickaël Abbé, chargé de projet chez Da Storm, a remercié le CHUN, soulignant que bon nombre de bénévoles, au sein de l’association, faisait partie des personnels hospitaliers. Revenant sur l’émotion suscitée par les textes des jeunes patients, il a conclu en espérant que d’autres projets collaboratifs entre le CHUN et Da Storm puissent voir le jour. « L’objectif est que les enfants puissent s’exprimer et dire ce qu’ils ressentent ».

Le mot de la fin revenait à Lionel Mentre aka Ryo, l’artiste qui a côtoyé, jour après jour, les enfants de pédiatrie et recueilli leurs paroles. Tout en jouant avec les mots, il a tenu à rappeler ses missions, tout autant artistiques que sociales. Revenant sur cette belle expérience humaine, il en faisait le bilan en ces termes : « J’ai essayé d’apporter au mieux mon vécu, mon histoire et ma philosophie de vie par le biais de discussions informelles, d’anecdotes et d’échanges, pour pouvoir amener les gamins à me faire confiance au point qu’ils puissent livrer leurs émotions. J’ai mis l’accent sur le regard, l’attention, la patience et l’humour pour optimiser nos échanges. Il ressort de ces textes énormément de rêve, parfois de la souffrance et surtout l’envie de vivre ». Invitant l’audience à s’attarder sur les textes affichés, pour comprendre ces enfants, les regarder, les respecter, Ryo a appuyé sur ce devoir de guide, de transmission à l’égard des générations futures.

 

« Tant que la vie nous le permet
Transmettons nos valeurs de manière intemporelle
Ouvrons toutes les portes du savoir restées fermées
Prenons un temps pour lui, prenons un temps pour elle »

 
Viadeo Partager
Viadeo Partager
  • Partenariats


Le CHU de Nîmes est membre de MUSE (Montpellier Université d'Excellence)

Le CHU soutient la candidature de Nîmes au patrimoine mondial de l'Unesco

Les associations présentes au CHU de Nîmes