Un médecin    Un service    Sur le site

Patients|Public
Professionnels|Presse
Enseignement|Recherche
Centre hospitalier universitaire
SOINS - ENSEIGNEMENT - RECHERCHEde Nîmes
Patients|Public
Professionnels|Presse
Enseignement|Recherche
ACCÈS | CONTACT
FAIRE UN DON
L'INSTITUTION
TRAVAILLER AU CHU
UN SERVICE ?
UN MÉDECIN ?
RECHERCHER

Méditation et santé : soigner le corps et l’esprit

méditation

La faculté de médecine Montpellier-Nîmes innove avec son nouveau Diplôme Universitaire
« Méditation et Santé » à partir de la rentrée 2017-2018

 

Depuis quelques années, le monde de la santé occidentale s’intéresse de plus en plus à la méditation dite « pleine conscience », pratique ancestrale d’origine orientale qui a fait l’objet de nombreuses études en Amérique du nord démontrant son efficacité. Dans ce cadre, la faculté de médecine Montpellier-Nîmes a proposé depuis le mois d’octobre 2017 un DU aux soignants souhaitant l’utiliser autant pour leur bénéfice personnel que pour prendre soin des patients. Le Pr Tu-Anh Tran, chef de pôle Femme-Enfant et responsable du nouveau cursus nous explique :

À qui s’adresse ce DU et pourquoi ?

Réservé au personnel soignant ou aux éducateurs spécialisés, ce DU enseigne l’utilisation de la méditation comme complément thérapeutique pour soigner de nombreuses pathologies comme la dépression nerveuse, les maladies inflammatoires chroniques et auto-immunes, les troubles alimentaires, les addictions, le burn-out professionnel ... à tous les âges de la vie depuis la pédiatrie jusqu’à la gériatrie et les soins palliatifs de fin de vie.

Qu’est-ce que la méditation « Pleine conscience » et quels peuvent être ses bénéfices sur la santé ?

La méditation est une introspection qui « tourne notre regard vers l’intérieur » pour observer ce qui se passe dans notre corps (ou soma) et notre esprit (psyché). Cette observation attentive permet de voir les interactions permanentes entre ces deux composantes de l’être humain que nous sommes. Cette compréhension permet d’utiliser l’esprit pour soigner le corps et également de prendre le corps comme support au perfectionnement de l’esprit.

Quelles sont les différences avec la manière de penser occidentale ?
 
L’occident est le berceau de Descartes avec sa maxime « Je pense donc je suis » qui sous-entend clairement que l’esprit se distingue du corps et que c’est la pensée qui détermine le fait d’exister, le corps semble secondaire. Dans ce courant, la médecine occidentale, ou dite allopathique, a tendance à séparer ces deux composantes. Pour preuve, il y a des spécialistes des maladies du corps (ou « somaticiens ») d’un côté et  des spécialistes des pathologies du mental (ou psychiatres) de l’autre. De plus, pour les « médecins du corps », la prise en charge somatique est divisée par organes : le cerveau, les reins, le sang, le foie…. Le corps est soigné de façon morcelée, alors que l’être humain doit être considéré dans sa globalité : non seulement les organes ne peuvent fonctionner les uns sans les autres, mais surtout, il y a un lien très étroit et inséparable entre la psyché et le soma. Ce DU veut rappeler ce lien.

Sur quelles pathologies la méditation peut-elle agir ?
 
Sur toutes les pathologies et surtout celles qui sont liées au stress ; et elles sont nombreuses. Par exemple dans les maladies inflammatoires chroniques, il est clairement démontré que le stress génère une augmentation de la sécrétion des médiateurs inflammatoires.
Une personne soumise au stress chronique répond moins bien aux vaccinations qu’une personne non stressée. Les troubles psychiques peuvent être également soignés par la méditation comme la dépression nerveuse, l’addiction ou le burn out professionnel.
 
Comment la méditation peut-elle réduire le stress ?
 
Le stress est un « brouhaha » intérieur, créé un esprit inquiet et agité. L’esprit, par nature, est en constante agitation, passant d’une idée à l’autre, parfois sans rapport les unes avec les autres. Il est comme un singe sautant d’une branche à une autre sans jamais s’arrêter. Mais ce singe se trouve toujours dans deux endroits : le futur avec son cortège de soucis anticipés générant de l’angoisse, ou le passé avec son poids de regrets. Il est rarement dans le présent. La méditation permet de revenir dans l’instant présent grâce à un outil très simple qui existe dès que la vie prend forme chez l’être humain : la respiration. En prenant conscience de notre souffle, au bout de quelques respirations, notre esprit commence à se calmer, à se pacifier. Il n’est plus dans le futur ou dans le passé mais dans l’ici et le maintenant, ancré dans le corps. Celui-ci se détend alors de manière naturelle et un bien-être s’installe. L’esprit alors se clarifie et peut appréhender la réalité telle qu’elle est, en ce moment même. De cette clairvoyance suit une action appropriée du corps qui agit dans un lâcher prise constant. C’est ce qu’on appelle familièrement « être Zen ! »
 
En prenant conscience de notre souffle, au bout de quelques respirations, notre esprit commence à se calmer, à se pacifier. Il n’est plus dans le futur ou dans le passé mais dans l’ici et le maintenant, ancré dans le corps. Celui-ci se détend alors de manière naturelle et un bien-être s’installe.
 
 
Le saviez-vous ?

Le DU méditation et santé et une innovation. Il s’agit de la deuxième ouverture de cette formation en France après Strasbourg. D’autres universités devraient bientôt suivre.

Zoom sur : La méditation : ses bienfaits validés scientifiquement

La première expérimentation importante a été menée à l’université de Harvard par le cardiologue Herbert Benson sur l’hypertension. Quelques semaines après avoir commencé les tests, il a constaté non seulement une réduction importante de la pression sanguine, mais aussi une diminution du taux de cholestérol, des douleurs chroniques, de la dépendance aux drogues et de l’anxiété.
Une autre étude, menée par le Dr David Orme-Johnson et publiée dans la revue “Psychosomatic Medicine” en 1987, a démontré que, chez les « méditants », les consultations médicales diminuent de 44 %, les maladies cardio-vasculaires de 87 %, les maladies infectieuses de 30 %. Les dernières recherches en psycho-immunologie, dont les résultats ont été publiés fin 2003, ont été effectuées par le Pr Richard Davidson, directeur du laboratoire d’imagerie cérébrale de l’université du Wisconsin, et Jon Kabat-Zinn avec des groupes d’étudiants. Elles démontrent qu’un programme d’entraînement à la méditation, même court, a une influence positive sur le système immunitaire parce qu’il permet de réguler le centre cérébral des émotions.
 
 
Le programme et les modalités pour l’inscription sont accessibles via :
Cet e-mail est protg contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir
Tel 04.66.02.81.93

 
Viadeo Partager
Viadeo Partager
  • Partenariat


Le CHU de Nîmes est membre de MUSE (Montpellier Université d'Excellence)

En savoir plus